« Salut Penn Sardin » par trois membres de l’équipage du Tres Hombres

Des marchandises bien utilisées
17 novembre 2014
Plate-forme bretonne de transport à la voile
9 décembre 2014
Show all

« Salut Penn Sardin » par trois membres de l’équipage du Tres Hombres

18.11.2014, à bord du Tres Hombres

Par Cleem DOEDENS (Responsable de la communication de Fairtransport), Rianne DE BEER (Cuisinière) et Rémi LAVERGNE (Second), membres de l’équipage du Tres Hombres.

Source : http://fairtransport.eu/salut-penn-sardine-by-cleem-doedens-rianne-de-beer-and-remi-lavergne/

« Penn est le mot breton pour dire « tête », donc Penn Sardin signifie « tête de sardine » et les personnes de Douarnenez sont fières d’être appelées comme cela, à cause de l’importance dans l’Histoire de la pêche à la sardine et sa mise en conserve. Les sardines sont parties, mais le nom est resté. Douarnenez est déjà hors de notre vue depuis quelques jours mais pas de nos cœurs et nos esprits.

A plusieurs égards, notre séjour là-bas a été très bon. Évidemment pour les marchandises : le déchargement de l’Exeter ale (bière) et le chargement de 10 barriques de vin jeune pour vieillissement à bord du Tres Hombres.

Nous avons rencontré d’intérêt de la part du public. Pour certaines personnes nous devons nos remerciements spéciaux. Tout d’abord, Guillaume LE GRAND et Diana MESA de TOWT – Transport à la voile, qui ont attiré l’attention de la presse, ont fait partie de la manutention de la cargaison mais se sont également sont rendus disponibles pour aider à tout moment. Avec le Port-musée, ils ont organisé une table-ronde sur le transport de marchandises à la voile. Nous avons travaillé ensemble dans une bonne atmosphère de coopération.

Rianne :

Bar(re) Tribord a véritablement été notre espace de vie durant notre séjour au Port Rhu. La première soirée, tout l’équipage est allé à un bar pendant que le dîner se préparait à bord. Quelques heures plus tard Rianne, la cuisinière, a dû aller rassembler ses ouailles et a pensé que le premier bar accessible serait l’endroit le plus probable pour les trouver. Et quelle belle taverne cela s’est révélé être ! Les propriétaires, Olivier et Pascale, ont été très accueillants avec Rianne, qui à ce moment craignait que l’équipage ne dût manger froid. Ils ont alors naturellement dit qu’ils serait plus qu’heureux d’accueillir l’équipage pour que le dîner soit servis dans ce qui allait devenir la cantine du navire.

J’imaginais que cela serait un service ponctuel, mais, à ma grande surprise, le lendemain, Olivier a insisté pour préparer des crabes pour le déjeuner et a organisé la livraison sur le bateau d’une copieuse quantité de ces créatures rampantes. Trois hommes ont suivi en me conseillant fermement sur la façon de les cuisiner, couper, manger et de les apprécier au mieux. Et quelle fête ce fut ! Le tout dans l’atmosphère accueillante du Bar à Tribord. Olivier a préféré que l’équipage remplisse sa taverne et il l’a même parfois fermée aux autres visiteurs (« Ils me détournent de vous, les gars! »)

Je me suis sentie inspirée pour profiter au mieux de cette hospitalité généreuse et j’ai servi les repas suivants avec grand plaisir, accompagnée par Herman (Jappapppa!) à l’accordéon, et Capitaine Boogie au piano, qui a du coup été déchargé de la cale du bateau. Chaque soir, « notre cantine » à Douarnenez est devenue un chaleureux rassemblement familial avec beaucoup de rires, de chants et de bonnes conversations.

J’ai également apprécié ma juste part de sardines à la sauce tomate en hommage à mon père – qui vient d’avoir 65 ans – car il m’a appris quand j’étais petite que les sardines en conserve sont l’équivalent gastronomique de la succulente sole préparée sur de la purée au beurre de céleri avec une sauce au vin blanc, si jamais tous les ingrédients ne sont pas à portée de main. Et les Crêpes… et le Beurre… et ô oui, à ne pas oublier, les Bigorneaux (Alikruiken), Rillettes de tête, Crêpes complètes, le vin biologique de Steven et Valérie (Château le Puy), le rhum à la vanille et le meilleur, doux et croustillant Éclair de la boulangerie qui a changé ma vie pour le meilleur ! L’équipage du « Tres Hombres » s’est livré lui-même à tout le meilleur que la Bretagne a à offrir et en échange, il paraît qu’elle ne veut que nous en offrir toujours plus. Et donc, il nous a fallu partir avant de devenir trop gras et paresseux. »

Article original en anglais : http://fairtransport.eu/salut-penn-sardine-by-cleem-doedens-rianne-de-beer-and-remi-lavergne/

This article was published originaly in English on the FairTransport website. Click hereby to read it:
http://fairtransport.eu/salut-penn-sardine-by-cleem-doedens-rianne-de-beer-and-remi-lavergne/

Comments are closed.