De l’Enfer… leçons sur l’être et l’avoir

 
Le mercredi 15 novembre en fin de matinée, les maisons dites « norvégiennes » du coin Sud de la Place ont brûlé dans un incendie aussi puissant que spectaculaire.

A l’intérieur, les terres rouges et millénaires des Romains sont recuites, les réminiscences des vies des descendants de Georg-Ferdinand Vedeler, de l’épopée des Norvégiens de Douarnenez, des familles de Gaëlle et de Gildas sont en grande partie évanouies. Depuis quelques années, TOWT – Transport à la voile y stockait également les marchandises qui étaient débarquées sur le Môle de l’Enfer, vins, bières, huiles, café, thé, en provenance directe de leurs lieux de production et par voie maritime et strictement à la voile.

Diana qui est également cofondatrice de TOWT, notre petite Olympe de 2 ans, et moi vivions dans cette maison ravagée par le feu. En quelques heures, notre lieu de vie, notre intimité, nos souvenirs simples sont soit aux côtés de l’esprit des Anciens, dans le ciel, soit couverts de suie et d’eau de mer, sous les gravats. Face à des drames personnels que vivent certains, nous nous sentons avant tout, tout simplement, heureux de vivre, en bonne santé.

Alors que l’incertitude règne encore, il est difficile d’envisager des perspectives de moyen ou de long terme. Toutefois, comme un réflexe de vie, des cendres doit renaître la vie, de la vie renaît l’espoir et de l’espoir naissent les grandes réalisations. Faut-il y voir un signe, le cas échéant, comment l’interpréter ? Tout cela est encore prématuré.

Si rares sont les heures où j’ai le temps de « faire le point », j’ai choisi aujourd’hui de prendre la plume, simplement pour remercier.

En quelques heures, Olympe – notre bolomig solaire – a reçu plus d’habits et de jouets que nous ne pouvions imaginer. Les femmes de Douarnenez ont épaulé Diana, et je n’ai pas manqué de rasoirs… Pas de liste à la Prévert ici – et chacun se reconnaîtra dans tout ce qui a été fait pour nous depuis mercredi après-midi – des appels que je n’ai pas pu prendre, au geste le plus simple, aux soutiens les plus solides et logistiques. Cette ville entière, et au-delà, qui se dresse contre la fatalité, en solidarité pure, en humanité essentielle, nous a apporté le réconfort et la force morale de retourner seuls « au charbon » récupérer des traces de notre « vie d’avant », mais surtout de regarder plus loin, l’entreprise, les bateaux, les routes, le Port-Rhu – dans cette tragédie shakespearienne, plus que jamais the show must go on.

Que de notre intime, en passant par notre mémoire du lieu, par le bien-fondé de notre activité à Douarnenez, et au nom de toute perspective d’avenir, soyez tous remerciés du fond du cœur. Je tacherai de ne pas vous décevoir.

Aujourd’hui, plus que jamais : Dalc’h mad !

 

7 thoughts on “De l’Enfer… leçons sur l’être et l’avoir”

  1. Votre projet singulier et tellement engagé est déjà un sacré pied de nez à nos grands décideurs pour lutter contre le réchauffement climatique! Avec ce grain de folie et votre intelligence vous demontrez que c’est possible… les obstacles et les tempêtes que vous avez déjà dus affronter n’ont pas découragées vos ardeurs et votre pugnacité… je suis convaincu que vous surmonterez cette nouvelle épreuve… nous sommes à vos côtés et vous apportons tout notre soutien…
    Amitiés sincères
    Rodolphe

  2. l
    Les vieux marins Bigoudens , Pen sardin, Bergois et Norvégiens que nous sommes ont toujours su tenir la barre par gros temps et arriver à bon port.
    On y arrivera tous ensemble!

  3. Mon cher Guillaume,
    Voici un superbe texte, remplit de pudeur, de courage, de tristesse mais plein d’espoir… une leçon de vie.
    Je envoies, à toi et les tiens, une cargaison d’énergies positives du plat pays qui est le mien.
    a très bientôt
    Amitiés
    Stephan

  4. Chers Amis, s
    achez que nous sommes profondément affectés par ce drame qui vous touche de plein fouet. Notre modeste bateau reste à votre disposition ainsi que nous même bien sûr, vous êtes de cette trempe de « gens » qui ne baissaient pas les bras, c’est pourquoi nous avons confiance en votre capacité de réaction face à l’épreuve que vous subissez. Nous sommes loin géographiquement de vous, mais proches par le cœur, aussi si vous avez besoin ponctuellement de bras, nous répondrons présents. Nous vous embrassons, courage à vous, Gérard et les marins de « Voiles Ecarlates »

  5. De tout coeur avec vous dans cette épreuve matérielle certes mais qui doit être bien difficile à vivre.
    Surtout continuez, la planète à besoin de gens comme vous et comme vous le dites si bien la solidarité n’est pas un vain mot.
    N’hésitez pas à faire savoir vos besoins par fb ou tout autre moyen. Le crowfounding peut être un moyen de vous remettre à flot.
    Une douarneniste pleine d’espoir et d’admiration pour votre engagement
    MERCI

Comments are closed.