TOWT fête le transport à la voile à Granville
17 août 2018

Whisky vieilli en mer

Du whisky de la Maison Benjamin Kuentz vieilli en mer à bord du Grayhound

Le Grayhound, réplique d'un lougre britannique du XVIIIème siècle, veille depuis six mois sur une barrique de whisky Benjamin Kuentz, éditeur de whisky français.
 
Et si la mer devenait un nouveau terroir du whisky français ? Ou s’improvisait, en tout cas, cave d’un genre inédit pour y faire vieillir les eaux de vie ? Oui, la Maison Benjamin Kuentz a de drôles d’idées et un plaisir évident à inventer, dans une approche du whisky exploratoire et contemporaine, qui se veut résolument en rupture avec la tradition.
C’est donc sur le terrain de nos expérimentations que nous vous emmenons aujourd’hui, une ballade en Manche pour voir ce que la saveur d’un whisky pourrait retenir, en maturant, du grand air iodé, de la houle délicate des vagues ou au contraire d’une mer plus agitée. Après tout, nombre d’alcools ont connu, lors de voyages en mer, des transformations organoleptiques involontaires qui ont scellé leur destin pour toujours !
Benjamin Kuentz a le goût de l’Histoire et le pied marin. Six mois de vague à l’âme ente deux horizons de landes sauvages et de plages de sable blanc pour voir surgir peut-être un whisky d’un goût nouveau. On a hâte, vous aussi non ?
DSC_0098
Le fût à bord du Grayhound
 

 
Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le vieillissement en mer n'est pas qu'une chimère mais aurait, en réalité, de véritables vertus, bonifiant le whisky au gré des vents, courants et marées.
Cette idée - utiliser des voiliers pour faire du vieillissement d'alcool - mûrissait depuis quelques temps déjà.
Après une première édition concluante et à succès avec un fût de whisky d'une autre maison, TOWT a renouvelé l'aventure avec la maison Benjamin Kuentz, désireuse d'expérimenter le vieillissement en mer avec un de ses produits.
Ainsi donc, le 28 avril dernier, un fût de whisky embarquait à bord du Grayhound pour une navigation de plusieurs mois, voyageant entre la France et les Cornouailles anglaises en passant par les îles Scilly.
 

 

Un retour attendu

De retour de son périple de 6 mois entre les deux Cornouailles, britannique et française, le Grayhound rapporte le résultat d'un processus de vieillissement innovant dans l'air marin de la Manche pour voir surgir peut-être un whisky d'un genre différent. Benjamin attend avec impatience d'en découvrir le résultat et de connaître l'impact que le vieillissement en mer peut apporter à son travail.
Le déchargement du whisky du Grayhound, une manœuvre exigeant de la technique, de l’ingéniosité et de l'habilité, a rassemblé du monde sur les quais du Rosmeur.
 

Chargement

 
 

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *