Nouveau site transportalavoile.bzh

Les derniers préparatifs de la “Plate-Forme bretonne de transport à la voile” sont en cours avant de prendre la mer pour presque un mois.

La cargaison

Les diverses marchandises sont en cours de préparation et de labellisation chez les quelque 20 producteurs locaux qui viendront livrer le navire au fur et à mesure des escales. Près de 40 références de vins, mais également des conserves de légumes ou de poissons, de la bière, de la laine mais ou du thé livré à la voile depuis les Açores et du chocolat de République Dominicaine seront ainsi chargés à bord du grand voilier.

Avec en tout une vingtaine de tonnes de marchandises transportées sur environ 1 200 milles, cette ligne, désormais régulière, de cabotage breton au sens large, permettra une économie allant jusqu’à 10 tonnes de CO2, qui sera certifiée par le label “Transporté à la voile”.

Les Distributeurs

Tout autour de la Bretagne, près d’une cinquantaine d’établissements font confiance au transport à la voile pour s’approvisionner en produits lointains, par la force du vent. Aux escales, les Distributeurs seront livrés jusqu’au dernier km “Zéro Emission” grâce à un Kangoo utilitaire électrique offert par Renault.

A bord : armement et embarquement numérique

“Biche”, dernier thonier de Groix, qui durant sa première vie transportait ponctuellement des marchandises, notamment depuis le Royaume-Uni, est en phase de réarmement : le bateau a été remis à l’eau et la coque et le gréement seront fin prêts au jour dit. Parallèlement, un véritable “embarquement numérique en ligne” se prépare. Ainsi, pour la première fois, à partir de la page www.transportalavoile.bzh, tout un chacun pourra visionner la vidéo du pont filmée en direct à partir du mât d’artimon, et suivre l’évolution de la trace GPS, différenciée si le moteur est en marche, agrémentée de données géolocalisées telles que des photos, des vidéos ou des extrait de journal de bord.

Ainsi, cette “Plate-forme bretonne de transport à la voile”, soutenue par la Région Bretagne, en partenariat avec le Technopôle Brest-Iroise, innove en permettant une véritable transparence du transport à la voile et une visualisation des trajets maritimes. Les données seront transmises via le réseau 4G du groupe Orange, qui effectuera en outre des mesures des niveaux de couverture en mer, après avoir transité par le modem 4G de MVG, via un système embarqué supervisé par Micro Module et un traitement des données par les étudiants de la Junior Entreprise brestoise “GerTelecom”.

Chaque produit transporté à la voile, afin d’afficher sa plus-value environnementale, sera labellisé avec un numéro de certificat correspondant au trajet. Les données environnementales récoltées participeront du rapport de labellisation auquel ce label de transport unique sera adossé.

Le barnum patrimonial

La “Plate-forme bretonne de transport à la voile” se donne comme objectif de mieux sensibiliser aux enjeux du transport maritime de demain et à la pertinence de la propulsion à voiles. Ainsi, pour qu’à Bordeaux, Nantes, Lorient, Belle-Île, Saint-Malo ou Brest les visiteurs puissent “embarquer” dans la démarche, un espace dédié sera déployé sur les quais. Il hébergera l’exposition “Des voiles à la charge”. Confectionné grâce au savoir-faire du Port-Musée de Douarnenez et imaginé par les étudiants de l’EESAB – site de Brest, le “Barnum” patrimonial, de bois et de toile, hébergera un lieu d’exposition et de rencontres qui permettra de mieux échanger au cœur des grands ports atlantiques français.